10 Questions à se poser avant de Créer un Site Web

10 Questions à se poser avant de créer un site Internet

Créer son site web n’est pas une choses banale que l’ont fait tous les jours. Souvent dans la précipitation on commence à créer son site en suivant son idée et son envie, mais il est souvent bon de se poser quelques questions avant de le créer.

Cet article est assez général étant donné qu’il peut coller aussi bien à un site personnel sur les chats en porcelaine, qu’à sur un site d’entreprise ou même un blog.

1. Quel est mon idée ? mon concept ?

Cela peut paraître bête comme première question à se poser, notamment dans le cas de certains sites « banals » comme un site vitrine ou un portfolio, et pourtant en se posant encore la question et cherchant d’autres idées on peut se rendre compte qu’ajouter une fonctionnalité peut être un grand atout. Cela est encore plus vrai pour des sites de plus grande envergure.

S’arrêter à sa première idée est un obstacle. Il faut chercher à aller plus loin et pour cela discuter de votre futur site web avec d’autres personnes peut être un atout énorme. Par exemple, un portfolio est assez banal : c’est un site où on montre ses créations. Mais si on réfléchit à d’autres idées pour le rendre plus attractif on peut tomber sur d’excellentes idées : adopter une navigation originale pour faire voyager les visiteurs ou encore pour chaque réalisation montrer les étapes de création avec quelques explications. Le site gagne ainsi beaucoup en intérêt.

10 Questions à se poser avant de créer un site Internet


2. Quel est l’objectif de mon site ?

C’est bien d’avoir l’idée, le concept, mais encore faut-il maintenant avoir des objectifs précis. En ayant un objectif – ou plusieurs – à atteindre, vous créerez votre site différemment car vous aurez ces objectifs et contraintes à l’esprit.

Prenons l’exemple d’un site d’e-commerce. Leur concept révolutionnaire pourrait être de montrer chaque article en 3D sur un fond rose bonbon, génial ! Cela risque en effet d’attirer des visiteurs et de faire du bruit. Mais l’objectif premier du site est de vendre ses produits et si ce point crucial est oublié le site pourrait être un échec, tout simplement parce que son taux de conversion serait mauvais. C’est-à-dire que sans avoir été crée dans l’objectif de faire vendre, certaines choses ont été mal pensées (mise en valeur du bouton « Acheter » par exemple ou manque d’informations pratique) au détriment de leur formidable idée. Du coup, la société à qui appartient le site ne comprendrait pas pourquoi avec un site si génial ils ne vendent pas assez de produits.


3. Pour qui mon site est-il dédié ?

En marketing, on parlera de public cible. Cette question est toujours cruciale et l’éluder peut être fatal. Si vous ciblez des graphistes, n’allez pas mettre en avant de la plomberie !

Imaginez un petit restaurant de quartier dont 95% de la clientèle est composée des gens dans 1 km de rayon avec une moyenne d’âge de 55 ans. Admettons maintenant que sans réfléchir et parce que ça fait « cool », le restaurateur a l’idée géniale de créer son site en 3 langues avec des mini-jeux. Il serait sûrement très fier de son site, mais serait-il vraiment efficace ? et même pire, serait-il utile ? Si 95% de sa clientèle est dans le quartier et qu’il n’a aucune renommée, faire traduire le site en 3 langues est inutile. Les mini-jeux le seraient encore plus ! Destinés aux enfants, ils ne permettraient pas du tout de toucher la bonne cible et il ne pourrait pas fidéliser sa clientèle qui a en moyenne entre 40 et 70 ans.


4. Mon site sera-t-il en HTML ? en Flash ? optimisé pour IE6 ? (la blague !)

Il faut bien sûr se poser assez tôt la question de la technologie utilisée. Sera-ce du HTML ? y aura-t-il des bases de données ?

Cette question est très importantes pour plusieurs raisons :

elle détermine la complexité du site et les compétences nécessaires

– le temps de création et la mise à jour du site en dépendront

– le référencement sera différent pour du Flash ou de l’HTML, avec ou sans URL Rewriting, etc…

– l’hébergeur possède-t-il ce qu’il faut pour faire tourner mon site Internet ? Par exemple vous ne pourrez faire un site Internet en ASP.net que sur un serveur Windows. De même, certains hébergeurs n’ont pas la dernière version de PHP ou de MySQL ce qui peut être un obstacle.

10 Questions à se poser avant de créer un site Internet

Un article entier pourrait y être consacré car beaucoup de choses découlent de la technologie choisie.


5. Comment se passera la mise à jour du site ?

Une question qu’on met souvent de côté étant trop pressés par les délais ou par manque de ressources est celle-ci : la mise à jour du site sera-t-elle aisée ? fréquente ? comment procédera-t-on ? si c’est pour un client, doit-il se connecter sur notre plateforme ou directement sur son site ? etc…

Autant de questions qui sont des pistes. Car en effet, ne pas réfléchir très tôt à la mise à jour du site peut être un lourd handicap par la suite. En effet si à chaque fois que vous voulez afficher une actualité sur votre site vous devez éditer des fichiers HTML pendant 3heures, vous allez vite être découragés. Pensez bien également à qui mettra à jour le site, si le client est un néophyte, l’interface de mise à jour devra être très simple.


6. Mon site sera-t-il basé sur un CMS ?

Voici une question qui est directement liée aux deux précédentes. Les CMS (sites permettant de rajouter du contenu sur son site sans aucune connaissance) prennent une ampleur énorme sur le web par leur facilité d’installation, d’utilisation, de mise à jour et même de customisation avec quelques connaissances.

Avantages :

– un CMS permet de mettre à jour son site très facilement

– à la portée de tous

– gain de temps énorme

– fonctionnalités et design déjà intégré, il n’y a qu’à se servir !

Iconvénients :

– dans le cas d’un gros projet, un CMS peut devenir limitant par un manque de fonctionnalités

– pour un très petit site web, installer un gros CMS reviendrait à utilise un lance-flammes pour tuer un moustique. Cela est aussi vrai en e-commerce par exemple, s’il s’agit d’une petite boutique, un CMS tel que Magento n’est pas nécessaire car il est trop compliqué et inutile malgré qu’il soit très complet.

– pour bien s’en servir et surtout pour le personnaliser, il faut souvent un temps d’apprentissage

Un CMS possède donc des qualités et des avantages, et de plus en plus souvent grâce à leur flexibilité, ils restent une très bonne solution.


7. Quelle sera l’identité visuelle ?

Le webdesign est un des éléments importants du site car c’est tout simplement ce qui donne la première impression au visiteur. De plus un webdesign agréable est toujours un plus énorme. Celui-ci s’orientera en fonction de votre public cible (pour qui vous réalisez le site) et également de vos objectifs.

Vous saurez ainsi qu’est-ce qu’il faut mettre en avant et de quelle manière. Une entreprise d’audit devra avoir un design professionnel donc ne collez pas dans des saucissons dans le header ! (Je savais que ce genre de conseils serait précieux.)


8. Gestion de projet : comment vais-je jongler entre mes objectifs, les ressources et les délais ?

Créer un site Internet équivaut à réaliser un projet et il n’échappe pas à la règle triangulaire objectif-ressource-délais. Cela signifie que vous devez dès le début évaluer vos objectifs en fonction de vos ressources et de vos délais. Vous ne pourrez pas créer un building en une semaine et à l’aide de 2 petites cuillères.

Vos ressources sont par exemple vos compétences. Par exemple : atteindrez-vous vos objectifs de créer un site dynamique sans connaître une ligne de PHP ? Les ressources peuvent aussi être le nombre de développeurs ou de graphistes dont vous disposez. Pour faire simple, il s’agit des moyens à votre disposition pour créez et entretenir votre site Internet.

Le délais est bien entendu facile à prendre compte mais parfois dur à respecter. Tout le monde comprend qu’il a 3 mois pour créer le site si on lui dit. En revanche des choix seront peut-être à faire. Si par exemple vous savez que développer une application Flash vous prendra 2 mois alors que vous êtes à 2 semaines de rendre le projet, vous devrez en tenir compte pour ne pas aller droit dans le mur !


9. Comment vais-je faire la promotion de mon futur site web ?

Allez-vous utilisez des réseaux sociaux ? distribuer des flyers ? tenter un gros buzz ? Un site beau et performant ne sert à rien si personne apprend son existence, d’où l’intérêt de réfléchir un peu à la façon dont vous allez en parler, et surtout en faire parler.

Encore une fois, gardez à l’esprit votre cible pour cela, si vous voulez toucher des fans de moto, je doute que payer une campagne d’affichage sur des sites de maquillage soit très cohérent.


10. Avant la mise en ligne

La liste pour tout vérifier avant la mise en ligne d’un site

Liste créer site web


J’espère que cet article vous a paru complet et vous aidera à mieux gérer vos prochains sites Internet. N’hésitez pas à citer d’autres questions importantes en commentaire ou même des expériences qui vont sont arrivées.

Auteur: Gaétan Weltzer, comme toujours en fait.

Articles qui pourraient vous plaire

Commentaires (18)

  1. Tiens, justement de mon coté et pas plus tard qu’hier j’ai publié un billet sur « comment rater son site web comme un pro » 😀
    Quand à launchlist j’ai « ri par le nez » quand j’ai vu ça :
    « Displays & functions correctly in ie6? »
    </troll>

  2. Sympa ce petit article !
    Perso, j’aurais tendance à rajouter (pour ceux qui seraient en train de réaliser leur site) en plus de http://launchlist.net, le site http://gtmetrix.com qui permet à l’aide de Yslow et Page Speed (accompagné de bons conseils) d’optimiser le temps de chargement de son site.
    Un autre bon outil que je recommande, c’est http://grader.rezoactif.com qui permet d’évaluer les capacités en référencement naturel des pages de son site.
    Ainsi que les traditionnels outils de vérification:

    HTML: http://validator.w3.org
    CSS: http://jigsaw.w3.org/css-validator/
    Hyperliens: http://validator.w3.org/checklink/
    Accessibilité: http://www.ocawa.com ou http://wave.webaim.org
    Balises Meta: http://www.alaide.com/outils_metaverif.php

    Bref, tout un tas d’outils indispensables car même quand on croit avoir pensé à tout, on se rend compte qu’on a encore oublié un paquet de choses 😉

  3. Article sympa même si bien sûr il a un sérieux goût de déjà vu,
    Par contre, comme d’hab’, tu mets complétement de côté IE6,
    Même à notre époque c’est une erreur. Si, vous, graphistes (ce n’est pas mon cas), voulaient travailler avec des grands compte type Assureurs, Banques etc, il vous faudra forcément passer par les contraintes IE6 pour la simple et bonne raison que beaucoup d’entreprises françaises de taille importante ont un parc informatique vieillissant (dû à la somme de travail que cela représente de tout renouveler).
    Et si actuellement l’utilisation d’IE6 est passé sous la barre des 8% d’utilisateurs, pour certains parcs informatiques de grosses structures cela peut atteindre les 25% dont certains postes de décisionnaires
    Bien sûr je rebondit sur un point de détail de l’article, sur le reste de la démarche les grandes étapes sont là 😉

  4. @Yama : Pour le déjà-vu de l’article c’est possible, mais je peux te garantir que je ne me suis inspiré d’aucun article déjà existant.

    Concernant IE6 tu ne m’apprends rien, je connais les chiffres et je sais ce qu’il en est. Seulement c’est à nous acteurs du web de faire mourir ce navigateur. Si Google, Facebook ou autres l’ont abandonné je vois pas pourquoi mon petit client l’aurait valide sur IE6 ou même de plus gros sites.

    Après il va de soi que pour de très grandes entreprises ou sites générant des millions de visites/mois, il faut encore se préoccuper d’IE6 et optimiser l’affichage. C’est normal que pour certains sites il faut que même 5% d’utilisateurs puissent naviguer correctement, néanmoins il y en a peu et de moins en moins.

    Donc non ce n’est pas une erreur de laisser IE6 de côté. Au contraire, il faut l’abandonner tant qu’il ne s’agit pas de gros clients ou de cas particuliers où en général ce sont de toute manière les clients qui l’imposent. De plus il n’y a pas que les « graphistes » – surtout que là je me place en webdesigner / intégrateur mais bon – qui sont de cet avis. N’importe quel intégrateur ou développeur connaît la plaie qu’est IE6. Il a assez vécu, il faut l’achever à petit feu et arrêter de continuer à le supporter.

  5. Pour ceux qui ne voudraient pas dévelloper pour IE6, il reste toujours la solution de proposer une alternative, comme la mise à jour du navigateur: http://www.lafermeduweb.net/billet/freethefoxes-alertez-les-navigateurs-incompatibles-a-votre-site-852.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+LaFermeDuWeb+%28La+Ferme+du+web%29 (ce qui peut tout de même être foireux puisque certains parcs informatiques ne peuvent pas faire les mises à jours).
    Perso, je serait plus d’avis de crer mon site à mon aise, et à la fin, d’utiliser les commentaires conditionnels pour cibler IE et corriger les derniers bugs.

  6. Article très intéressant ! J’ai un blog qui m’impose donc pour l’instant un mode de fonctionnement (et étant donné le peu de connaissances que j’ai sur l’intégration), mais ces conseils me seront très utiles pour l’avenir, le jour où ce blog deviendra un vrai site 😉 Bonne continuation

  7. Pingback: Twitted by RazorOckam

Laisser un commentaire

L’âme d’un artiste ? Inscris-toi sur DigitalPainting.school

Fermer