Conseil : Trouver l’inspiration

Qui ne s’est jamais retrouvé bloqué devant une feuille blanche ? Même les plus grands artistes ont connu et connaissent toujours des périodes sèches en inspiration mais il y a des astuces pour éviter de s’enfermer dedans.

L’inspiration ?

Alors que j’avais déjà écrit deux articles sur l’inspiration ainsi que ses limites (plagia, apprentissage…), je continue sur ce thème que n’importe quel graphiste / webdesigner / artiste subit régulièrement.

Les précédents articles pour partir sur de bonnes bases si vous ne les avez jamais lu :

MàJ 2 : Quelles sont les frontières de l’inspiration ?

Ne copiez pas un design, volez le !


L’inspiration est donc, pour faire très simple, un mécanisme psychologique reposant sur plusieurs de nos facultés telle que la mémoire, l’intelligence, les aptitudes artistiques ou logiques, et d’autres selon le domaine. Cette petite chose magique nous permet d’être imaginatif, créatif, de nous échapper de notre environnement.

Plus concrètement, c’est grâce à elle que nos idées viennent : sans elle nous ne pourrions pas peindre, nous ne ferions que recopier ce qui existe déjà dans la Nature. Toutes les publicités, sites internet et autres outils de communication seraient bien fades, ne reposant alors que sur des modèles théoriques bien définis, sans excentricité et originalité.


Ne me quitte pas, reviens !

L’inspiration vient de tout ce qui nous entoure, de notre environnement puis ensuite de ce que notre petit cerveau en fait, en déformant et recomposant. Seulement quelques fois nous devons – ou voulons – créer quelque chose : une peinture, une musique, un webdesign, un logo, une sculpture ou même une invention, etc… mais l’inspiration nous quitte !



On commence alors à tourner en rond, on réessaie, le résultat est tout aussi médiocre. Aucune idée ne vient, toujours pas. Cela reste fade, on n’arrive pas à contourner un problème et on s’enlace. Des fois cela ne touchera qu’une seule création comme par exemple un logo pour une société qui ne vous inspire pas du tout (comme la boîte de Gégé qui vend des semelles résistantes aux assauts des crabes durant la marée haute). En effet, il y a des sujets plus durs que d’autres qui nécessiteront plus d’inspiration ou alors une « meilleure » inspiration ?

Quelque fois, cela dure carrément plusieurs semaines, mois, voire plus. En effet, on peut penser à un artiste ne trouvant plus d’inspiration pour ses peintures durant des mois ou encore à un groupe de musique dont les titres sont de moins en moins inspirés et deviennent fades, banales, creux.

En effet, personne n’y échappe ! La panne sèche d’inspiration frappe de temps à autre et il ne tient généralement qu’à nous de la faire disparaître.


Des solutions, il peut y en avoir

Ce n’est pas parce qu’une fois on a pas d’inspiration ou qu’un sujet précis nous bloque que c’est la fin du monde et que vous pouvez quitter le domaine créatif pour aller travailler à la chaîne. Ah ça vous rassure je le vois.

Ne pas rester bloqué sur sa première idée : Bien souvent, on se bloque soit-même à vouloir faire quelque chose de CETTE manière et pas d’une autre. Alors qu’on peut bien souvent trouver des alternatives, une autre idée pour contourner ce qui nous bloque.

Exemple : Pour la boîte de Gégé (vous suivez toujours hein ?), Vous vous êtes entêtés à faire dans votre logo une semelle et un crabe qui l’attaque qui rend très mal, qui est trop complexe et en plus c’est chiant à faire. Cherchez d’autres alternatives : ne représenter que la semelle et une pince du crabe, ou partez sur un jeu typographique, ou focalisez-vous sur les propriétés des chaussures, etc…


Arrêter et faire autre chose : Cela paraît bête, mais il faut le faire. Si l’inspiration ne vient pas, ce n’est pas en forçant qu’elle arrivera. Si vous en avez la possibilité, arrêtez, mettez votre projet en pause et réaliser une autre tâche pendant un moment, qui nécessite moins de fibre créative.

Exemple : Gégé veut aussi un site web et après 1 heure de recherche désespérée, les crabes tueuses de chaussures ne vous inspirent guère. Dans ce cas, abandonnez le webdesign un moment et commencez le développement du site, classez vos documents et faites simplement d’autres tâches n’ayant aucun rapport. Vous reviendrez plus tard ou demain sur le design avec la tête reposée.


Sortir : Sortez ! Aérez-vous, bougez et voyez autre chose que vos quatre murs. Cela peut faire une grosse différence et vous rendre ensuite plus serein et prêt à ré-attaquer le sujet sous un autre angle en étant reboosté.


Demandez des avis : La meilleure source d’inspiration peut être les autres. Même si ces personnes ne sont pas du tout « créatives », tout le monde a des idées et verra un thème différemment de son semblable. Même si l’idée de la personne est moisie, elle peut elle-même vous donner de nouvelles pistes et vous permettre d’envisager le problème différemment (retour sur le premier conseil donc).

Vos idées n’ont rien d’éclatant ? Cherchez l’inspiration ailleurs ! : Il est avéré que plus on voit de choses différentes et plus on s’inspire de choses éloignées de son sujet, plus le résultat peut être brillant. Abordez les thèmes différemment, cherchez l’inspiration chez les grands maîtres décédés, écoutez de la musique, jouez et cherchez d’autres sources d’inspiration.

Exemple : Pour le webdesign de Gégé qui nous brise les noisettes, plutôt que de vous limiter aux galeries de webdesigns, sortez de ce cadre, faites des recherches sur les crabes, leur milieu de vie, élargissez ensuite aux être vivants sur les plages. Partez également sur les semelles, les chaussures, quelle est leur histoire ? L’idéal est encore de partir à la plage pour oublier totalement le webdesign, ou encore de vous rappelez d’un vieux récit sur les crabes tueurs qui vous donne aujourd’hui des idées. Oublier sa mission et chercher l’inspiration totalement ailleurs permet donc quelque fois de se sortir de cette impasse.


J’ai tout essayé, et je n’arrive plus à rien depuis belle lurette !

Il peut arriver que vous soyez dans le cas de l’artiste qui sèche sur ses toiles et semble avoir perdu tout son talent. Il y a ici deux options :

– la première : Si vous n’arrivez jamais à rien ou alors que très rarement, peut-être n’êtes-vous pas fait pour ça ? Des fois il est bon de se remettre en cause pour ne pas souffrir durant toute une vie ou faire des mauvais choix de vie (études, décision importante, etc). C’est triste mais tout le monde n’est pas égal en tout, peut-être n’êtes vous pas créatif et fait pour autre chose ?

– la seconde : Vous avez de l’imagination, vous le savez et en avez déjà fait preuve. Seulement depuis quelques temps, vous n’arrivez à rien et êtes impuissant face à une feuille blanche. Comme je le disais au début, l’imagination ne vient pas d’une quelconque divinité mais bien de notre cerveau et comme tout ce qui vient de notre cerveau, cela peut être influencé par un état physique ou psychologique.

En effet, tout le monde a déjà remarqué que lorsqu’on est fatigué, on est plus très doué pour grand chose, et notamment pour trouver l’inspiration. De même, si quelque chose dans votre vie professionnelle, sentimentale ou personnelle tourne mal et que cela occupe vos pensées, vous serez moins productif. Une période de dépression peut signifier la fin de toute imagination, tout comme cela peut l’influencer et vous donnera des idées de créations plus sombres, moroses.

Quoi qu’il en soit, si vous êtes dans ce cas de figure c’est que quelque chose a changé entre avant, et maintenant où vous n’avez plus d’inspiration. Essayez de trouver d’où cela vient, faites des choses qui vous plaisent pour remonter votre moral et ainsi faire grimper votre taux d’imagination.


Quelles sont vos astuces ?

J’espère vous avoir donné des idées pour ne pas rester bloqué sur une création et donnez un nouveau souffle à votre esprit imaginatif. Maintenant, à vous de partagez vos impressions, remarques et astuces pour retrouver l’inspiration et se sortir de ces situations frustrantes !


PS : Désolé d’avoir choisi un exemple aussi merdique que la boîte de Gégé et ses semelles invincibles face aux assauts des crabes (et ce, durant la marée haute, précisons).

Auteur: Gaétan Weltzer, comme toujours en fait.

Articles qui pourraient vous plaire

Commentaires (36)

  1. Pingback: Conseil : Trouver l'inspiration « Design Spartan | Le Blog de la création de site Internet

  2. Pingback: Conseil : Trouver l'inspiration « Design Spartan | Le Blog de la création de site Internet

  3. Pingback: Conseil : Trouver l'inspiration « Design Spartan | Le Blog de la création de site Internet

  4. Pingback: Conseil : Trouver l'inspiration « Design Spartan | Le Blog de la création de site Internet

  5. Pingback: Conseil : Trouver l'inspiration « Design Spartan | Le Blog de la création de site Internet

  6. Pingback: Conseil : Trouver l'inspiration « Design Spartan | Le Blog de la création de site Internet

  7. Je vais donner mon astuce perso ancestral  : ( =] )
    Faire se que votre subconscient vous donne envie de faire…ça peut être n’importe quoi (ex: faire du voilier en mangeant une glace, ou refaire un film en version suédé…c’est dingue comme le subconscient  ne manque jamais d’inspiration…^^) Souvent cela permet de débloquer notre inspiration, pour moi ça fonctionne tout le temps…pourquoi pas vous ! XD

    • Je pense que ton conseil paraît efficace, mais j’ai une question (sûrement conne mais bon x) ) comment savoir ce que veut notre subconscient ? :O
      Ce serait super sympa si tu répondais :3

      • Je ne sais pas si hugoflash repassera par là, mais je me permets de répondre pour lui (en espérant qu’il vienne compléter ma réponse !) : je pense que ce qu’il voulait dire est qu’il faut lâcher prise, ne pas se mettre la pression et faire ce dont on a envie, au fond de nous, sur le moment. Faire totalement autre chose et revenir dessus après peut débloquer l’inspiration. 🙂

  8. Une bonne sieste, une bonne dose d’Arte ou autre documentaire, pour exemple, j’ai eu l’idée de créer une pochette d’album pour un projet, faute d’inspi’, arte tournait en arrière, et j’ai vu plein d’étoile un documentaire de ouf sur l’espace toutes ces formes m’ont fais pensé à des taches  éclatés, j’ai cherché des brushs peinture, grunge éclaté, et voilà comment m’est venu ma première piste pour un taff qui est finalement assez bon.

  9. Moi j’ai attendu à la tele que un graphiste prend  aprés un certain de travail de prendre une année sabatique mais c’est pas permis à tous le monde XD.

  10. Sa va surement en faire sourire plus d’un, mais j’ai remarqué une forte hausse de ma créativité les soirs ou je rentre chez moi alcoolisé après une p’tite soirée (véridique) et je suis convaincu que l’alcool doit avoir des effets sur la créativité…
    Très tard dans la nuit si je ne suis pas fatigué je bosse , l’activité cérébral est bien plus active la nuit essayez vous verrai  (il ne faut pas être fatigué cependant).
    La musique en travaillant aussi me permet d’être créatif mais sa ne marche pas tout le temps.
    En gros une nuit a 2-3 heure du matin avec du bon son dans les oreilles  et un p’tit coup dans le nez, logiquement vous devriez être au taquet 😀   si ça marche pas  changez de métier! lol

  11. Moi c’est très simple, j’ai la chance de me souvenir de mes rêves et il m’arrive fréquemment d’avoir des flash d’images qui m’inspirent avant de m’endormir et que je suis encore consciente. Alors je m’efforce de bien visualiser tout ça, de dormir et d’attraper mon crayon dés le réveil pour le mettre sur papier 🙂
    Aussi travailler un peu tard la nuit, mais pas trop tard, j’en ai fais l’expérience hier jusqu’à 5h du matin c’est un désastre 🙁

  12. Il existe une méthode très sure que j’ai acquise à l’université. L’étrangeté c’est que c’est anti-intuitif. Normalement si vous n’avez pas d’idée c’est à dire en réalité une structure logique  mais vous avez; a minima,une envie qui elle est irrationnelle et sensorielle très souvent. Par  exemple il pleut, j’habite le sud je VEUX du soleil. C’est une envie mais pas d’idée concrétisable et là je sèche…
    Le truc que j’appelle un stater est lié au langage, le langage étant levecteur de notre pensée et donc d’idées. Il suffit de sortir sur papier tout les mots qui viennent à l’esprit sur l’idée du soleil qui fait défaut. Puis on fait des tableaux avec es critères neutres comme verbes, noms communs, adjectifs. Là le cerveau commence à travailler sec grâce à cet embryon de classification. Ensuite on commence à faire des paquets par le sens des mots et peu à peu un schéma qui est le votre se dessine. C’est votre stater ! Vous pourrez tout y greffer dessus par la suite car en fait vous avez créer un terreau à inspiration.
    Non seulement c’est infaillible mai n’importe quel sujet est abordable.

  13. l’idée de la douche marche aussi avec moi, d’hab je reste sur les 5h du mat quand je suis motivé pour la nuit, c’est vrai que la nuit nous permet d’être visuellement plus concentré : absence de lumière, de sonorité, c’est plus calme. Y a en effet plusieurs solutions, aller dehors fonctionne effectivement mais pas toujours, pour les tableaux c’est à essayer. Parfois je ne me fixe pas d’objectif pour aller à mon but (contradictoire me direz-vous) exemple : je fais des des formes, des traits sur ma feuille, je développe encore, je change de sens etc… sans aller trop loin et surcharger, et je fini par avoir de l’inspiration « tiens ça me dit quelque chose cette forme » etc..

  14. Si il y a un manque d’inspiration,alors je pense que c’est une histoire d’envie (qui voudrais faire le logo pour Gégé ><) .Mais il faut surtout pas se forcé,c’est la pire des choses.

  15. Je vois que tout le monde a ses astuces pour lutter contre la perte d’inspiration et travailler la nuit revient assez souvent, tout comme la douche.

    La méthode de Thiiery pourrait aussi être très intéressante, je l’essaierai lorsque cela m’arrivera malheureusement. On contourne l’inspiration qui ne vient pas spontanément en utilisant une méthode plus mathématique et rationnelle, vraiment à tester !

  16. Un prof m’a enseigné une vraiment bonne méthode pour faire marcher l’inspiration. Si j’ai du temps un de ces 4 jte fais parvenir ca avec des exemples. Ca me reussit jusqu’ici pour le travail graphique (pour l’illustration c’est plus dur ^^). Super intéressant cet article j’espere que ca va amener les gens à donner plein d’idée 🙂

  17. La méthode de recherche de champs lexicaux liés au sujet à traiter, donnée par Thiiery, m’a déjà sorti de l’impasse plus d’une fois quand je bossais en agence.
    Ca permet de trouver de nouvelles pistes, d’établir des associations inattendues, et de débloquer le processus créatif sans trop diverger du thème sur lequel on doit travailler.
    PS : Spartan, j’ai découvert ce site très récemment, et je tenais vraiment à te remercier pour le travail que tu y accomplit. C’est vivant, plein d’infos, et toujours avec un gros niveau de qualité (idem pour tes réalisations d’ailleurs !).

  18. petite question est ce que pour vous ma création est un plagiat de cette création ou une inspiration j’ai tendance a dire inspiration mais je me demande quand même
    Ma créa :
    http://www.facebook.com/photo.php?pid=1338440&l=9853d0c3e8&id=1360624479

    et le model de l’inspiration la numéro 7:
    http://creativenerds.co.uk/inspiration/25-beautiful-examples-of-typography-portraits/

    Pour en venir au manque d’inspi ou a la recherche d’inspi, le soir marche bien (pour le graphisme ou écrire des chanson =P) après aussi des fois un mots, une expression nous donne un déclic, et puis travaillant en musique permet de concentré son esprit du moins pour ma part.

  19. Pour moi rien ne vaut un bon calepin et des croquis !
    Je griffonne autour du thème que je cherche à le développer. Je m’éloigne, je me rapproche…
    Je fait aussi beaucoup (trop ?) de pauses ce qui me permet de prendre du recul sur mon travail. De me rendre compte si je vais dans la bonne direction.
    Une fois l’idée et le rendu du projet bien clean dans me tête, (parce que tout ces croquis c’est pas forcément très propre… je commence ma créa sur l’ordi :))
    A oui j’oubliait, toujours de la musique ! 🙂

  20. @Helroir : Je pense que oui, tout à fait, en revanche je ne suis pas sûr que cela aide sur le long terme à développer son style. A rester trop enfermé on risque de perdre en originalité et donc en inspiration. Je pense que plus on s’habitue à voir l’inspiration partout, plus on peut devenir créatif. Si je ne me trompe pas, je crois même que c’est une des premières choses enseignées en école d’art, du moins indirectement.

  21. moi c’est le soir  apres une journée bien remplie, comme ça je suis crevé phisyquement ce qui me calme et me permet de mieux me concentrer, je me met en pénombre ( juste la lampe de bureau) une bonne musique d’ambiance (eviter les paroles ou les trucs trop agressifs) et un peu d’encens 😀
    « the contexte idéal »
     
    la douche aussi marche pas trop mal 😉

  22. Salut héhé ^_^
    Question Inspiration !! ça galére un peu !! des fois en passe par des moments sec , y a rien , rien ne vient , on se creuse la téte et rien ….Comme tu l’as dis Spart’ : l’inspiration est   un mécanisme psychologique qui met en cause nos facultés telle que la mémoire, l’intelligence et nos faculté artistique , des fois on regorge d’inspiration et des fois non !! mais y a un très grand facteur qui entre dans le domaine de l’inspiration et c’est le taux d’imagination selon moi , quelqu’un qui n’a pas d’imagination , ça serai pour lui dificile de trouvé une instpiration !! bref une création , c’est le reflet  de la présonalité de son créateurs !!! Pour trouver de l’inspiration , j’ai mes petits truc , genre quand je suis sous la douche l’inspiration vient XD , ou sortir me balader ……………………

  23. Bonjour, premier commentaire (et bon 2nd anniversaire, donc 3 ans, avec un peu de retard).
    Pour trouver l’inspiration j’ai trouvé une technique qui m’a « frappé » puisque je n’en attendais aucun résultat, c’est celle du gribouillage.

    Ca a de quoi faire sourire mais c’est bien simple: il suffit de laisser sa main faire des courbes sur un papier (on peut bien entendu soulever le crayon) et ce, sans regarder (évitez tout de même, de faire un dessin opaque). A la fin de ce superbe dessin abstrait, il suffit de regarder son chef d’œuvre et d’en sortir des contours de personnages, d’objets, …
    Une fois que l’on a finit un côté on peut toujours tourner la feuille pour découvrir 3 nouveaux aspects et donc de nombreux contours.

    On n’isole que certains éléments et pas un dessin complet mais la suite est quand même beaucoup plus facile. En espérant en avoir aidé certains 😉

  24. Moi c’est la musique qui me booste 😉 Une musique me donnera envie de dessiner quelque chose qui correspond à son rythme, aux paroles etc…
    Donc si je n’ai pas d’inspiration, je me cale devant ma feuille et je me met mes musiques préférées à fonds dans les oreilles ! ;D
    Et en général, la musique me fait penser à une scène de film qui sort de ma propre imagination, et je n’ai plus qu’a dessinée une image de la scène 🙂
    Mais bien entendu, il faut changer de musique de temps en temps, car en général, une musique est liée à une seule idée, dans si on ne change pas e musique, on ne change pas d’idée !

  25. Perso j’ai une imagination démentielle,dès que je me concentre un peu, j’ai selon moi de bonnes idées qui arrivent a profusion, mais le hic, c’est que je n’arrive pas a reproduire ce que j’ai en tête a cause d’un manque cruel de théorie sur les fondamentaux de ma discipline…J’essai de combler cette lacune mais faut dire que j’ai pas beaucoup de temps a accorder a mes passions et en plus je suis méga flémard

Laisser un commentaire

L’âme d’un artiste ? Inscris-toi sur DigitalPainting.school

Fermer