« Pourquoi j’ai arrêté mon agence Web », un partage d’expérience à ne pas manquer !

J’ai hésité à mettre cet article dans la catégorie « Tutoriels » tellement il apporte de conseils avisés d’expérience pour tout créatif ou développeur freelance ou en petite équipe. Plutôt que de faire des erreurs, apprenez de celles des autres !

Note : Cet article ne s’adresse selon moi pas uniquement aux personnes dans le web (webdesigners, développeurs, chefs de projet, etc) mais à tout créatif en contact avec des clients (photographe, illustrateur) et même simplement à tous ceux gérant leur business en indépendant ou en petite équipe.

Maxime, 30 ans, explique les raisons pour lesquels il a arrêté son agence Web pourtant en bonne santé financière dans un long article (environ 3000 mots) et a eu la gentillesse de partager ce que cette aventure lui a appris. Je me suis totalement reconnu dans son article et cela m’a rappelé quelques déboires de freelance à mes débuts, comme pour tout le monde.

C’est pourquoi j’estime que les nombreuses erreurs qui sont citées sont bonnes à partager avec le plus grand nombre, notamment pour tout ceux qui débutent. Cela peut vous éviter un paquet d’erreurs et vous faire gagner un temps précieux avec vos clients, votre carrière ou simplement votre vie.

Je vous renvoie directement vers l’article à lire en entier si le sujet vous intéresse :

Post-mortem : Pourquoi j’ai arrêté mon agence Web

 

Dans les grandes lignes

Malgré un CA en hausse chaque année, des clients en nombre et plein de défis intéressants, Maxime et son équipe ont décidé de stopper ce projet et de fermer leur agence. « Mazette, mais pourquoi donc ?! » Et ben si je devais résumer l’article à quelques points-clés, voici ce qui s’en dégagerait :

  • Ils étaient designers, développeurs mais pas commerciaux : à vouloir porter toutes les casquettes, Maxime explique qu’ils ont perdu énormément en productivité et en efficacité. Ils n’avaient tout simplement pas cette compétence, de quoi découlent de nombreux autres problèmes…
  • Des projets sous-devisés : voici le cauchemar de tout freelance ou agence ! Apprendre à deviser correctement un projet. Estimer le temps nécessaire et le coût au plus juste. Souvent trop généreux ou trop optimiste en imaginant que tout allait se passer comme sur des roulettes, ils ne demandaient pas à être assez payés pour leurs projets
  • Ce qui les obligeait à travailler plus pour rester rentable : si c’est payé pas cher, cela signifie qu’il faut travailler vite. Mais il est difficile d’allier qualité et vitesse.
  • Des clients pas assez impliqués : Je comprends trop bien le ressenti de Maxime et ses collaborateurs : certains clients n’ont pas le temps ou l’envie de s’impliquer dans un projet web (ou tout autre type de projet) et pourtant il le faudrait ! Il faut donc faire avec, tenter d’évangéliser, éduquer le client mais cela prend du temps et de l’énergie.
  • Une équipe trop restreinte et trop de taches : « tout le monde à trop à faire jamais le temps de ne rien faire comme il faut ».
  • Dire oui à tout et se montrer trop disponible : Encore une erreur classique lorsqu’on débute : ne pas oser dire non à un client et se montrer trop disponible (par email, téléphone, etc). On n’accorde donc pas suffisamment de valeur à son temps et son travail et on perd en crédibilité. Apprenez à dire non !
  • Accepter tout type de client… et les subir : il faut quelques fois avec le courage de refuser certains clients ou certains projets pour votre bien-être et celui de votre entreprise : projet qui n’est pas dans vos cordes, un client qui s’annonce imbuvable et chronophage ou tout simplement un client qui n’est pas prêt à vous payer suffisamment. « Next ! »
  • Vouloir proposer trop de prestations : En plus de porter à 3 la casquette de designers, développeurs, chefs de projets, comptables, commerciaux, etc… leur équipe avait fait le choix de proposer énormément de prestations (WordPress, e-commerce, conseils, formation, etc…). Trop c’est trop. Focalisez-vous sur vos points forts et spécialisez vos compétences. Vous serez plus productifs et sereins. Trouvez quelqu’un possédant les compétences dont vous manquez.
  • Avoir les yeux plus gros que le ventre : Cela signifie accepter trop de projets, des projets pas forcement au centre de vos compétences ou encore des projets trop gros pour votre échelle. Le résultat sera toujours le même : vous allez vous épuiser.
  • Ne pas avoir pris des décisions qui s’imposait par peur : quelque fois vous êtes obligés de prendre vos corones en main et de prendre des décisions difficiles mais plus tard bénéfiques
  • Pas de temps pour les projets personnels : on enchaîne projet après projet sans prendre de temps pour les choses qui nous tiennent à cœur. Rien de tel pour faire mourir votre passion à petit feu. Cela est particulièrement vrai pour un créatif (graphiste, illustrateur, etc) qui a en général besoin de respirer et de s’épanouir sur des créations personnelles.
  • Le travail administratif et le RSI qui est une plaie

Pour finir, tous ces points en sont venus à user les trois compagnons. Chacun a traversé un burnout. Trop de travail, trop de difficultés et de frustration et des décisions manquées ont entamé petit à petit leur énergie et leur fougue. Comme Maxime le dit si bien :

Du coup pour faire simple on aimait toujours notre métier, pour 20%, et les 80% restants étaient frustration.

Et petit à petit, quelque chose d’autre s’est immiscé dans le cœur de Maxime :

Mais une peur grandissait en moi : Est-ce que je ne vais pas regretter de ne jamais avoir tenté de lancer toutes ces idées et projets perso ? Echouer, c’est le jeu, mais ne pas avoir essayé, c’est la porte ouverte aux regrets futurs. […] Mais on avait perdu le plus important de vue : l’épanouissement. C’est essentiel. On ne peut pas négliger ça éternellement.

J’espère vous avoir donné envie de lire cet article en entier car il mérite bien plus d’intérêt que ces quelques lignes en guise de résumé. Donc prenez le temps de le lire en entier, il est d’une vraie richesse et très agréable à lire et partagez votre avis en commentaire.

Post-mortem : Pourquoi j’ai arrêté mon agence Web

 

Conclusion

Pour conclure, je ne peux que remercier Maxime pour son courage tout d’abord d’avoir stoppé son aventure car la décision n’a pas dû être facile mais également pour avoir pris le temps de rédiger cet article et de confier son retour d’expérience qui va sûrement aider des centaines de créatifs, petites agences et autres indépendants du domaine.

Je me suis pas mal reconnu dans mes propres expériences en agence de communication ainsi que face à certaines situations en freelance (clients difficiles, demandant trop de temps, donner la priorité à ses projets personnels, etc…). C’est pourquoi j’ai voulu le partager avec vous.

Si vous aussi vous avez commis ce genre d’erreurs, je vous invite à réagir en commentaire ! 😉

 

Si cet article vous a plu, n’en manquez aucun ! Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et recevez en plus des ressources et tutoriels :

Pas de vilain spam, c’est promis ! (Pensez à checker votre dossier Spam si vous ne recevez rien.)

Auteur: Gaétan Weltzer, comme toujours en fait.

Articles qui pourraient vous plaire

Commentaires (6)

  1. Merci pour ce partage d’expérience, ça m’a rappelé lorsque j’ai été salariée dans une agence, voici mon expérience perso..

    J’ai passé 5/6 mois dans une agence de com  » à tout faire ». Le boss était un ami une connaissance à moi. Au début je travaillais pour lui en free lance( ça se passait super bien) et très vite il a voulu m’embaucher à mi temps.. ( bah ouais je lui coûtais cher à force..) Je me suis dit  » ok ça peut être sympa ! ça me fait un salaire régulier et à coté je peux faire mes projets perso.. Une fois là bas, Débandade direct.. !
    Son but était de créer une entreprise humaniste ( noble cause) et il a voulu s’agrandir. Du coup je lui présente un ami à moi intégrateur, puis il embauche également une personne développeur en alternance + un chargé de com aussi en alternance !
    L’entreprise humaniste a vite déchanté.. projets à la con en tous genre complètement bâclés..
    ex: un logo pour un client :
    Je commence à faire des esquisses et une travail de recherche. Réaction du patron :  » ah mais non, tu trouves une typo à la con, tu fais un joli rond à coté et puis basta ! on a pas le temps, et puis on va lui facturer 30 balles histoire de, comme ça on enchaîne à coté ! …

    Je me suis retrouvée à faire tous un tas de projets  » à la con » à me dépêcher à chaque fois pour enchaîner, démarcher les clients et surtout il voulait que je justifie mon salaire !! il me payait environ 500€ et pour lui c’était bcp de frais.. On se retrouvait moi et mes collègues avec zéro encadrement pro, il prônait l’auto formation ! Je peux vous garantir que ni moi ni mes collègues n’étions épanouis..

    Ce qui s’est réellement passé, c’est que cette personne au demeurant très sympathique et avec plein d’envies positives, s’est littéralement faite dépassée soit par les charges (RSI.. etc) soit par les clients exigeants et chronophages, ou encore mauvais payeurs et qu’il n’arrivait plus à gérer son entreprise (sa 1ère) et essayait de faire au mieux.. Il ne comprenait pas mon état de stress qui me faisait faire des erreurs régulièrement sur mon travail. J’ai commencé très vite à péter un cable (angoisse,pleurs, colère, frustration, etc..) Je n’arrivais même pas à profiter de mon temps libre pour m’occuper de mes projets perso tellement j’étais angoissée.

    L’intégrateur a quitté l’entreprise très vite, moi 1 semaine après et juste derrière le chargé de com est parti aussi.

    Je me suis remise en free lance et sincèrement, je peux assurer que retrouver cette liberté créative et d’organisation me rend tellement plus heureuse ! même si des fois c’est difficile, pour rien au monde je ne repartirais en agence !! et après avoir vécu cette expérience, j’apprécie encore plus mon statut d’indépendante ! 😀

    Souvent je lis des commentaires négatifs sur des expériences en agence, tout le monde dit qu’il faut passer par là pour se faire les dents et se rendre compte..Je me suis rendue compte oui, et merci bien ! :p

  2. Ce récit est intéressant, mais… il faut voir la réalité en face à notre époque, dans cette société actuelle, depuis la possibilité de prendre des crédits, les gens s’achètent un pc ou mac en 20 fois sans frais lol, un appareil photo à crédit, etc… ils font tout eux-même et n’ont aucune envie de débourser de l’argent chez un pro malheureusement… Je compte arrêter mon activité d’auto-entrepreneur justement à cause d’un manque réel de clients, que ce soit des entreprises ou particuliers ou même des groupes musicaux… Les gens nous contactent, ils veulent négocier un prix qui est déjà très bas, et à la fin ils nous sortent la phrase classique « ah mais j’ai un ami qui me le fait moins cher »… en général ce type de coup de fil se finit par un « appelez votre ami alors, pourquoi me contacter? Au revoir » et je raccroche… Tout ça pour dire que dans ce secteur d’activité, on va trouver de moins en moins de clients, étant donné que les gens n’ont plus d’argent et que , même si ce qu’ils font eux-mêmes c’est de la merde, ils trouvent ça beau et s’en contenteront….c’est malheureux mais c’est apparemment comme ça, à moins d’avoir 3000 contacts, des connaissances à gogo, et j’en passe lol

  3. Pingback: Articles de fond – Sommaire | Design Spartan : Art digital, digital painting, webdesign, ressources, tutoriels, inspiration

Laisser un commentaire

L’âme d’un artiste ? Inscris-toi sur DigitalPainting.school

Fermer