Guide digital painting

Guide du Digital Painting #6 : Lumière réfléchie, radiosité et exposition

Après avoir vu les règles à connaître sur la façon de peindre la lumière et les ombres, on poursuit ici avec des notions plus « poussées » à connaitre : radiosité, lumière réfléchie, lumière d’ambiance, exposition

[Article mis à jour en janvier 2014]

Pour information, les textes en bleus et certains schémas dans cet article sont tirés d’un tutoriel de Niklas Jansson, traduit par Herz3leid.

Cet article fait partie d’un guide divisé en plusieurs articles dont le sommaire se trouve ici :

Guide du Digital Painting : Sommaire

Avant de lire la suite, si vous avez manqué le numéro précédent de ce guide, c’est par ici :

Guide du Digital Painting #5 : Les valeurs = Ombres et Lumières



Dans le numéro 5 du guide du digital painting, la lumière et les ombres ont été étudiées de manière assez approfondie mais certaines règles concernant la lumière sont à connaître si on veut atteindre un certain réalisme dans ses digital paintings.

Sur Terre, il y a plein d’objets autour de nous sur lesquels la lumière peut rebondir, ainsi tout est plus ou moins éclairé sous tous les angles. Nous avons par exemple le ciel, qui est comme une source lumineuse bleue en forme de dôme. Il y a aussi le sol, les murs, et les autres surfaces. Dans l’espace, il n’y a qu’une seule source de lumière : le Soleil. C’est pour cette raison que la Lune a une face éclairée et une face sombre, et qu’elle semble plate. Pourtant en y regardant bien, on peut voir la lumière que la Terre reflète sur la Lune, mais c’est très faible. Il y a aussi la lumière des étoiles, qui est encore plus faible.

Lumière réfléchie

Quand la lumière entre en contact avec une surface et rebondit, sa couleur change. Si elle frappe ensuite un objet de la même couleur que celui sur lequel elle a rebondit, la surface paraîtra plus saturée.

Il faut toujours garder à l’esprit que plus la source lumineuse est forte ou plus l’objet est proche d’une surface réfléchissante et colorée, plus la lumière réfléchie ou la radiosité sera intense. Qu’est ce que cela signifie pour nous, peintres ? Simplement qu’il faudra ajouter une couleur de plus en plus saturée, et peut-être aussi sur une surface plus étendue de l’objet.

Il est également bon de rappeler qu’une lumière réfléchie ne peut pas être plus forte que la source qui l’a émise. Donc si votre objet est éclairé par ces deux sources de lumière et que la lumière réfléchie est plus forte que la source primaire, c’est qu’il y a un problème ! Le schéma qui suit présente ce qu’il faut savoir pour peindre la radiosité sur un objet :

Guide du Digital Painting #6

 

Quelques exemples

Guide du Digital Painting #6 : Exposition

Creature design d’Arvalis – La lumière du soleil réfléchie par le sol vient éclairer le bas de la créature (ventre et dessous des ailes). Vous noterez la teinte particulièrement chaude et saturée.

Guide du Digital Painting #6 : Exposition

The last fortress d’Andreas Rocha – Dans cet environnement le château est frappée par la lumière réfléchie par l’herbe ce qui lui confère une teinte encore plus verte.

Guide du Digital Painting #6 : Exposition

Dreamkiller de RHADS – Ici ce sont les nuages situés sous la baleine qui réfléchissent la lumière du soleil et ainsi éclairent le ventre de la baleine d’une couleur chaude.

 

Lumière d’ambiance

La lumière d’ambiance est en générale dite « chaude » ou « froide« . Comme dans beaucoup de domaines, une couleur chaude renvoie à quelque chose de chaleureux, de gai, de chaud/brulant (du feu, de la lave…) tandis qu’une ambiance froide renvoie à des valeurs plus tristes, froides et dénuées de vie ou simplement à des basses températures.

Savoir utiliser ces notions vous permettra de poser une ambiance et de créer une atmosphère très efficacement. D’une manière générale, en extérieur la lumière est plutôt froide (surtout à l’ombre) ou alors neutre (à midi en plein soleil) et en intérieur les lumières artificielles sont plutôt chaudes.

Une lumière chaude est en général crée par une couleur chaude (jaune – rouge) et une lumière froide est générée par des couleurs plutôt froides (bleu – vert), logique me direz-vous. Bien sûr, il existe des exceptions mais celles-ci seront abordées dans un numéro sur les couleurs, donc n’en tenez pas compte…

Guide du Digital Painting #6

Retenez bien comme c’est indiqué sur le schéma que souvent les ombres sont moins saturées et légèrement plus froides, surtout dans un environnement extérieur.

 

Quelques exemples

Guide du Digital Painting #6

Cette magnifique illustration de Marta Dahlig utilise une palette chromatique dominée par le rouge et l’orange. La lumière orangée du coucher de soleil rend l’ambiance très chaude, très douce. Notez aussi comment la lumière si chaude agit sur la peau…


Guide du Digital Painting #6 : Exposition

Sweet morning de RHADS

Guide du Digital Painting #6 : Exposition

Hear Harvester de bluefley – Ici le contraste avec les deux précédentes illustrations est frappant : on passe de lumières chaudes à une lumière très froide et très sombre. L’atmosphère est tout de suite pesante et la faible lumière environnante rend l’image encore plus sombre et mystérieuse.

Guide du Digital Painting #6 : Exposition

Flower de Pete Mohrbacher


Exposition

La lumière du soleil est nettement plus forte que celle venant du ciel, qui est plus forte que la lumière d’intérieur. Nos yeux, après un moment, s’adaptent automatiquement, et nous pouvons aussi nous adapter volontairement en louchant ou en se concentrant sur un objet. Parce que nous le faisons sans y penser, il nous est compliqué de comprendre que nos yeux sont en quelque sorte limités. Cette limite devient évidente si on utilise un appareil photo. Si vous prenez une photo en intérieur, les fenêtres seront surexposées (très lumineuses). Vous pourriez essayer d’ajuster les niveaux d’exposition sur la lumière de la fenêtre, mais toute la pièce serait dans l’ombre. Vous pouvez utiliser ceci à votre avantage. Vous pouvez par exemple mettre un personnage ou un objet au 1er plan, dans l’ombre. Ceci fera ressortir sa silhouette tandis que le reste serait bien éclairé.

L’exposition à la lumière peut aussi rendre des parties du corps très claires ou très foncées, presque sans couleur de peau. Quand une ombre est très sombre, et que le coté éclairé est surexposé, la seule place pour la couleur est sur le bord, entre les 2.

Ces notions sont à connaître si vous voulez parfaire votre art et jouer avec différentes expositions. Laissez libre-court à votre imagination : cela colle parfaitement avec un personnage qui vient de se lever, ou qui sort du coma, il s’agit peut-être de la lumière ambiante d’une planète proche d’une étoile, un personnage qui reçoit une attaque aveuglante, une silhouette face à une explosion, ou tout simplement un choix artistique pour obtenir une lumière dramatique réaliste, etc… laissez-vous aller !

Quelques exemples :

Guide du Digital Painting #6

Ce digital painting de Robert Kim est un très bon exemple de ce que peut donner comme résultat l’exploitation de la surexposition avec un très fort contraste ombre/lumière qui donne un style très fort et une ambiance très particulière. Les autres exemples ci-dessous tirent aussi profit d’une forte lumière et d’une exposition inhabituelle :

Guide du Digital Painting #6 : Exposition

Polis Crusher de Chase Stone

 

Guide du Digital Painting #6 : Exposition

Triton Fortune Hunter de Clint Cearley

Guide du Digital Painting #6 : Exposition

Starcraft II : Hellion rush de Sergey Lesiuk

 

Guide du Digital Painting #6 : Exposition

Breaking Bad – Crystal Fragile d’Exphrasis

 

Matériaux

Maintenant qu’on a vu la lumière et les façons de traiter les textures grâce à celle-ci, je vous mets à la suite les conseils de Niklas Jansson pour peindre les textures :

Voici des exemples de quelques matériaux et de la façon dont je les traite.

  • Vêtements –  Peu de spéculars, Juste des ombres et de la lumière. Quelquefois une lumière forte peut pénétrer à travers les vêtements, et créer un effet de translucidité.
  • Cuir –  Il peut être un peu brillant, et avoir quelques speculars. Ne le faites pas trop saturé.
  • Arbres et Bois –  Mats. Pas très saturés non plus. Sorte de couleur gris/brun.
  • Pierre –  Un peu comme les vêtements. La surface est souvent trop irrégulière (au niveau micro et macroscopique) pour avoir des speculars considérables.
  • Plastique -  Les speculars et les reflets semblent colorés par le plastique. Le plastique peut aussi être un peu transparent.
  • Or -  L’or n’est pas orange. J’utilise du noir, du orange désaturé parfois, avec des pointes de vert, puis du jaune et du blanc.
  • Argent -   Plus ou moins comme un miroir.
  • Métal -  Dans le cas des armures, j’augmente un peu les valeurs, pas beaucoup de demi teintes.
  • Métal Brossé –  C’est une sorte de compromis entre une surface grise et une surface argentée.
  • Verre -  Souvent juste transparent, avec des distorsions. Les spéculars sont aléatoires, et sont souvent blancs. Dans le cas de vitres de voiture, vous avez remarqué que l’on voit mieux ce qui est à l’intérieur quand la vitre est dans l’ombre, que quand elle a des reflets.
  • Choses mouillées –  Plus (+) de speculars. Les matières mouillées ou humides peuvent devenir transparentes dans le cas des vêtements, et les roches seront plus saturées.


Quelques exemples

Guide du Digital Painting #6

Sur ce digital painting de Daniel Conway, on note deux sources de lumières : une lumière froide, bleutée provenant de la gauche et une lumière chaude et orangée provenant de la droite, sûrement un coucher de soleil. Vous pouvez observez comment les textures sont peintes : la peau, le latex et le métal du robot dont les speculars sont bien visibles.

Guide du Digital Painting #6 : Exposition

SharkDay de Maxim Verehin – Ce digital painting démontre tout le talent de l’artiste pour reproduire la lumière. Le requin est à moitié éclairé et à moitié dans l’ombre avec une partie plus saturée entre les deux, comme le veut la règle. Observez comment sont peintes les différentes matières : peau humaine, peau de requin, écailles de la sirène, métal, cuir, etc…


Fin

Ce sixième numéro du Guide du digital painting de Design Spartan est terminé ainsi que le chapitre sur la lumière. Pour aller plus loin, je vous conseille d’étudier les digital paintings et peintures classiques de maîtres que vous appréciez et d’observer également ce qui vous entoure. Bravo, vous avez maintenant les bases pour réussir vos digital paintings avec brio ! Et soyez à l’affût du prochain numéro…

 

Guide du Digital Painting #7 : Couleurs…

Auteur: Gaétan Weltzer, comme toujours en fait.

Articles qui pourraient vous plaire

Commentaires (15)

  1. J’aurais rajouté pour les débutants de commencer avec des camailleux de couleur pour jouer uniquement sur les nuances comme justement les 2 premiers digitals que tu présentes ou il y a une couleur dominante (mais dominante dominante hein) et rapido quelques touches d’autres couleurs. Enfin ce n’est que mon avis ;)

    par contre tu as mis un a sur exemple ;)

  2. Vraiment génial ton guide et ton site en général. Pour un jeune débutant comme moi dans le monde de photoshop c’est très instructif.

    J’attends la suite avec plaisir :).

    N.B : Je suis mal placé pour dire si tu es un pro ou pas … mais au vu de tes digital painting il y a le potentiel pour le devenir.

  3. Pingback: Spartan : Dossier partie 6 | PIQUESEL

  4. Pingback: " » Guide du Digital Painting #7 : Couleurs…" by Design Spartan

  5. Pingback: " » Guide du Digital Painting - Sommaire" by Design Spartan

  6. Salut Design Spartan,
    juste pour te dire que je suis en train de suivre ton guide complet sur le digital painting, et j’ai remarqué surement une erreur, car tu n’as pas le lien pour le chapitre suivant après celui ci ( comme tu l’as fait pour les chapitres précédents)
    A part ça, je te suis depuis presque mes début en infographie, et maintenant sur living tuts, et franchement, juste bravo :)
     
    Cordialement,
    Dayce

  7. Pingback: Guide du Digital Painting #7 : Couleurs… « Design Spartan : Art digital, digital painting, webdesign, illustration et inspiration…

  8. Salut Spartan!
    Ce n’est pas la première fois que je passe sur cet article, mais bien depuis la refonte du site. Cet article (et toute sa clique en commun) me servant de rappel et d’enseignement dans mon apprentissage du digital painting, je me suis retrouvé un peu emmerdé à saigner des yeux sur la police bleu marine sur fond foncé qu’offre la nouvelle interface du site pour les parties de textes cités.
    Peut-être pourrais-tu changer ça afin de rendre la lisibilité de ces parties de textes plus agréables? (Le fait de s’obliger à surligner de la souris ces phrases est une chose dommage pour cette refonte pourtant bien plus agréable que la précédente!)

    Par ailleurs, je tiens une nouvelle fois à te remercier de la matière que tu nous donnes, j’ai pu réaliser pas mal de progrès grâce à tes articles. Je compte bien essayer la nouvelle section du site permettant d’exposer aux critiques ses créations lorsque j’aurais le courage de m’y lancer :)

    • Salut Zentar, merci pour ton commentaire. Tu as raison, le texte bleu était très efficace sur l’ancien fond blanc mais c’est assez horrible sur ce fond gris foncé. Il faut que j’édite ça. De toute manière comme annoncé, je vais revoir tout le guide du digital painting. :)

  9. Pingback: Guide du Digital Painting #6 : Lumière r...

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>